Placement financiers à haut rendement

Quels placements financiers à haut rendement pour booster votre épargne ?

Serait-il devenu angoissant d’avoir de l’argent ? Ou peut-être au fond, l’a-t-il toujours été. Car depuis que les systèmes monétaires existent une gangrène guette les détenteurs de monnaie, qui a pour nom inflation. Comme les falaises d’Etretat, qui s’effritent lentement sous l’action continue des marées, l’argent s’érode en proie au différentiel entre les courbes de taux et l’évolution des prix. Le mettre à l’abri de cette nécrose n’est pas chose simple. Le faire fructifier de sorte que la rente permette de dégager un revenu tout en préservant le capital est complexe. Car il faut distinguer les taux d’intérêt nominaux, ceux servis aux épargnants, des taux d’intérêt réels, qui correspondent à la véritable rémunération de l’argent après qu’elle ait été déflatée de l’inflation. La période que nous traversons est en outre particulièrement moribonde pour la rente. Une inflation subsiste et les taux nominaux menacent de devenirs négatifs avant même que l’on leur répercute l’impact de la hausse des prix. Plus que jamais la recherche de placements financiers à haut rendement s’impose pour protéger ses avoirs. L’épargne réglementée (Livret A, LDD, PEL… etc.) subit le ravinement de taux d’intérêt réels négatifs et même le rendement des contrats d’assurance vie libellés en euros ne permet plus à juguler l’inflation. Alors, vers quels types de placements se tourner ?

Pourvu que l’on ait un peu d’audace, des solutions de placement à haut rendement sont à portée

Se mettre en quête d’un rendement élevé amène à réitérer la sempiternelle loi selon laquelle le risque est toujours inversement proportionnel à la rentabilité. Se greffe en outre sur cet axiome la problématique de l’indisponibilité des fonds placés qui est souvent la contrepartie à concéder en échange d’une forte rémunération. Ce paradigme de l’épargne mérite toutefois d’être remis en cause. Car il n’existe plus à proprement parler de placements à taux sans risque. Ne pas rechercher de solutions alternatives pour ses placements à celle de l’épargne règlementée ou de la rente des fonds euros est à coup sûr prendre le risque de s’appauvrir. Les moins audacieux trouveront là le ressort nécessaire pour surmonter leurs craintes. Des placements à haut rendement existent. L’objectif à atteindre sera de se mettre à l’abri de l’érosion monétaire et de surperformer les indices. Souscrire ce type de placement sera également l’occasion de diversifier son patrimoine. De surcroit, en opérant un choix très sélectif de ces placements il est permis de considérablement en circonscrire le risque. Ces solutions s’apparentent à des classes d’actifs bien connues telles que celles que l’on peut trouver sur les marchés financiers, mais également à de nouvelles formes d’épargne qui offrent une rentabilité prometteuse.

Placement financiers

Le marché des actions : un refuge contre l’érosion monétaire

Le marché des actions a toujours été un moyen efficace de booster le rendement de son épargne. Investir par le biais d’un PEA permet en outre de bénéficier d’une belle enveloppe fiscale. Après une croissance de l’indice CAC 40 de plus de 20 % depuis le 1er janvier 2019 la prudence demeure toutefois de mise. Pour des achats de titres en direct il est judicieux d’opter pour des valeurs relevant d’activités pour lesquelles l’avenir parait serein. L’énergie, l’environnement ou la santé sont, par exemple, des secteurs où la demande, conditionnée par la croissance démographique, est toujours en forte progression. Certaines sociétés cotées pratiquent en outre une politique de distribution gratuite d’actions nouvelles ou de versement de dividendes élevés.

Le rendement affiché par quelques valeurs de la bourse de paris peut ainsi parfois dépasser 4 ou 5 %. Il en est ainsi de NEXITY qui à versé un dividende de 5, 9 % en 2019, d’AXA, de RENAULT ou d’ENGIE avec 5,7 %, de TOTAL 5,2 % et de BOUYGUES 5 %. Il faudra néanmoins opérer une sélection rigoureuse parmi ces valeurs en cherchant à savoir ce qui permet à ces entreprises de verser un haut rendement. Les bancaires pratiquent des politiques de distribution généreuses qui offrent une rentabilité supérieure à 5 %. Celle de NATIXIS a dépassé 15 % en 2019 quand la SG et la BNP ont respectivement proposé une rentabilité de 7,9 et 6,5 %. Ces structures dont le modèle business est menacé ont en effet besoin de rassurer et de conserver leur actionnariat.

Il sera donc impératif, avant d’acquérir une valeur à haut rendement, d’analyser si les dividendes versés sont le fruit de cession d’actifs et la contrepartie d’un endettement excessif ou s’ils ont pu être extériorisés plusieurs années de suite parce que l’exploitation de l’entreprise dégage de manière récurrente des cash-flows positifs. Autrement dit, limiter son risque reviendra à s’assurer de la qualité de l’actif sous-jacent de ce que l’on achète.

Mais pour ceux qui veulent s’épargner cette analyse, la gestion collective sera encore une fois le moyen adéquat d’accéder au marché des actions d’autant que certains fonds se sont spécialisés dans les valeurs à haut rendement. Mais depuis quelques années les actions ont parfois cédé au rendement obligataire la palme de la rentabilité. Des OPCVM uniquement investis sur des emprunts obligataires proposent ainsi des rendements particulièrement attractifs.

Le marché des actions : un refuge contre l’érosion monétaire

Les fonds obligataires à haut rendement appelés «high yield»

Les fonds obligataires traditionnels, investis en emprunts d’état de la zone euro, affichent des performances plus que médiocres ces derniers mois. Avec une OAT 10 ans (obligation assimilable du trésor) devenue négative en septembre puis en juin 2019, il est exclu que cette situation ne perdure pas. Mais sur le marché obligataire, il existe une alternative à haut rendement dénommée obligations « high yield ». Ces titres de créances offrent un rendement bien plus élevé que les emprunts d’état. Leur rentabilité avoisine ou dépasse 4, voir même 5 %, car leurs émetteurs sont des entreprises qui présentent un risque de défaut bien plus élevé que celui des émetteurs souverains. Il s’agit pourtant de signatures notoires telles que SFR, le groupe CASINO, JAGUAR ou DELL. La complexité du marché obligataire n’engage pas un particulier à s’aventurer seul vers l’acquisition de ces titres obligataires. Là encore, la gestion collective par le biais des fonds spécialisés « high yield » sera une manière opportune de profiter de rendement élevé en se prémunissant sur le risque. Mais la quête de placements financiers à haut revenu impose aujourd’hui de s’écarter des circuits traditionnels que sont les marchés boursiers pour explorer d’autres horizons.

Des placements d’un nouveau genre : le financement participatif

À l’aune des années 2000 de nouvelles opportunités de placement sont apparues avec le financement participatif que l’on désigne désormais sous le nom générique de « crowdfunding ». De quoi s’agit-il ? Concrètement, ce sont des sites internet qui se proposent de mettre en relation directe prêteurs et emprunteurs. Même s’il reste encore marginal, ce circuit de financement se développe à grande vitesse. Les rendements élevés qui sont proposés sont sans doute à l’origine de ce succès. Toutes les classes d’actifs, financiers ou non-financiers peuvent être proposés sur ces plateformes. Les encours de financement liés à la promotion immobilière sont par exemple en forte croissance avec des taux pouvant atteindre 10 % et un retour sur investissement rapide puisque la période de placement ne dure généralement pas plus de 36 mois. Il est également possible de financer une PME en lui octroyant un prêt d’argent ou en souscrivant des mini-bons, sorte d’obligations qu’elle a émises. Investir de petites sommes sur de nombreux emprunteurs permettra de diluer prudemment son risque. Mais les plateformes de financement participatif ne vous limiteront pas à la dette obligataire et vous permettront également de souscrire des actions de sociétés non cotées.

Voir également.

Contactez-nous.

Envoyez-nous un e-mail ! contact@silveris.fr
Appelez-nous ! 04 78 95 38 50

Ce que nos clients disent de nous.

contact - bandeau
VOUS SOUHAITEZ